Recherche

Le Département de Recherche de la Permanence Ostéopathique de Lausanne a été fondé en 2013, avec pour objectif de promouvoir une approche scientifique de l'ostéopathie, de favoriser le rayonnement de cette discipline et de contribuer à la formation continue des ostéopathes.

L'effet placebo et les processus d'autoguérison du corps humain sont actuellement l'un de nos axes de recherche prioritaires. Le succès de toutes les thérapies reconnues, quelles que soient leurs modalités (médecine manuelle, médicaments, chirurgie) repose à la fois sur l'efficacité technique du traitement (l'adéquation du geste thérapeutique, l'effet biochimique du principe actif, la précision de l'intervention chirurgicale) et sur la sollicitation des capacités d'autoguérison du corps. Il y a donc d'une part un effet spécifique, lié à la technique utilisée, et d'autre part un effet relationnel, non spécifique, lié aux attentes du patient et à la qualité de la relation thérapeutique.

La recherche scientifique sur l'autoguérison revêt une importance particulière pour l'ostéopathie. En effet, les essais cliniques contrôlés randomisés, outil de référence de la médecine pharmaco-centrée, sont impossibles à mettre en oeuvre dans cette discipline. S'il est relativement aisé de diviser un ensemble de patients en deux groupes, et de donner à l'un de ces groupes un médicament, et à l'autre un placebo impossible à distinguer de ce médicament, une telle procédure perd son sens en médecine manuelle. De toute évidence, un ostéopathe ne peut pas prodiguer un traitement tout en étant inconscient du caractère éventuellement factice de ce traitement. Cette limite méthodologique invite à réfléchir à de nouvelles manières de réaliser des travaux de recherche en ostéopathie, avec des outils adaptés aux modalités thérapeutiques particulières du traitement ostéopathique.

Si l'effet placebo est une réalité bien connue, l'évaluation de la placebo-sensibilité est un défi médical complexe, car cette sensibilité ne semble pas corréler avec des variables psychologiques simples. Avec une approche solidement ancrée dans les neurosciences, le Département de Recherche cherche à contourner cet écueil, par exemple en explorant des hypothèses sur les évolutions du système nerveux qui ont pu conduire à l'émergence des maladies psychosomatiques et de l'autoguérison. La Permanence Ostéopathique de Lausanne s'inscrit ainsi pleinement dans le cadre de la médecine intégrative, et tente d'apporter sa contribution à la compréhension de l'effet placebo, un problème scientifique qui reste, aujourd'hui, particulièrement épineux pour la science biomédicale.